Après une si longue attente "Game of Thrones" est de retour


"La vengeance est un plat qui se mange froid". Ce vieil adage a spectaculairement inspiré l'ouverture du premier épisode de la septième saison de la saga fantastico-médiévale "Game of Thrones"... avant même le générique d'ouverture.

L'attente de plus d'un an des dizaines de millions de fans de l'une des séries télévisées les plus populaires de l'histoire de la télévision a pris fin dimanche soir aux Etats-Unis et parfois en pleine nuit pour les plus endurcis des aficionados en Europe.

Cela en valait la peine si l'on en croit la réaction de milliers de spectateurs dès les premières minutes de l'épisode intitulé "Dragonstone" (la pierre de dragon). L'intérêt a été tellement intense qu'il a fait crasher le site de HBO.com, qui produit et diffuse la série, en raison du pic de visiteurs pendant la première moitié de l'épisode.

Les critiques semblent aussi au diapason pour saluer le retour des -quelques- survivants parmi les Stark, Lannister et autre Greyjoy et bien sûr de Daenerys Targaryen, qui avec l'aide de ses dragons veut conquérir Westeros et s'asseoir sur le trône de fer.

"Très peu de séries peuvent nous donner autant d'action et d'excitation que l'épisode final de la saison 6 de "Game of Thrones" et il y en a sans doute encore moins qui sont capables de faire en sorte qu'un épisode de début de saison donne autant de plaisir", s'extasiait le Hollywood Reporter juste après la diffusion.

- Amertume -

"Il y a donc un peu d'amertume à ce que l'hiver soit là et que la fin soit en vue", ajoute la publication spécialisée.

"Comme c'est le cas pour chaque premier épisode de "Game of Thrones", le rythme est lent", note Lorraine Ali dans le Los Angeles Times.

Mais d'ajouter que David Benioff et D.B. Weiss, les pères de la série, "ont encore une fois réussi leur coup et même avec un peu plus d'humour que les saisons précédentes.

"Dragonstone" est le premier des 13 épisodes qui vont conclure la série en deux courtes saisons.

ATTENTION suivent quelques divulgâcheurs - ou spoilers -

Arya Stark (Maisie Williams) qui a démontré dans le nouvel épisode qu'elle avait profité à plein des leçons données par la secte des Sans Visage pour enfin se venger du massacre des siens lors du "Mariage Rouge". Cersei Lannister (Lena Headey) est la reine des Sept royaumes mais tente de trouver des alliés pour mieux asseoir son pouvoir qu'elle sent menacé par le tout frais couronné Roi du Nord Jon Snow (Kit Harington).

Le cameo d'Ed Sheeran, le roux hirsute de la pop, aux multiples Grammys, en soldat chantant n'a pas fait l'unanimité. Bon nombre de spectateurs ont fait savoir leur déplaisir et le quotidien Variety a jugé la chose "ridicule".

- Controverse -

Cette série, l'une des plus sombres et des plus controversées jamais réalisées, est critiquée depuis ses débuts en 2011 sur la chaîne HBO pour son extrême violence.

Les scénaristes ont brutalisé des femmes, tué des enfants, montré des scènes érotiques très crues et des dizaines de personnages - y compris principaux - ont été torturés et/ou ont trouvé la mort par toute une panoplie de méthodes (découpé, poignardé, empoisonné, écorché, décapité, brûlé vivant, énucléé, éviscéré, etc). Le tout avec moult détails et gros plans.

Ce qui n'a pas dégoûté les téléspectateurs, au contraire puisque l'audience a dépassé les 23 millions de personnes par épisode aux Etats-Unis.

"Game of Thrones" a remporté davantage d'Emmy Awards - récompenses américaines de la télévision - que n'importe quelle autre série de fiction. Elle est diffusée dans 170 pays avec des records d'audience.

La sixième saison était la première à ne pas être inspirée directement du roman "Le Trône de Fer" de George R.R. Martin, dont le cinquième tome a été publié en 2011. Deux autres volets sont prévus mais à une date indéterminée.

© 2017 Agence France-Presse
 
Une internationale

CIAO ITALIA ! - Un siècle d’immigration et de culture italiennes en France

Tradition, culture mais aussi xénophobie et violence ont marqué l’immigration italienne en France, la plus importante de l’histoire française. Alors que jusqu’au 10 septembre, l’exposition « Ciao Italia ! » retrace ce siècle d’histoire franco-italienne au musée de l’Immigration à Paris, retour sur une période qui a permis d’imprégner la culture française.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales